• iStock-701103626-1-1024x683-1728x800_c.jpg
    Street sign with the word "Iran" and yellow warning tapes with the word "SANCTIONS". Isolated. 3D Illustration

Guerre économique : Sanctions, Blocus et Autres Délires Hégémoniques

in Économie by

par Georges Stanechy

« … En ce temps-là, je n’avais pas encore compris à quel point les grandes entreprises contrôlaient le gouvernement de notre propre république déclinante.
De nos jours, bien sûr, tout le monde sait comment l’empire qui en est issu, avec son économie militaire, contrôle le monde des affaires.

Le résultat final est à peu près le même pour le reste du monde ; simplement, les massacres sont plus étendus qu’auparavant, et nous ne nous contentons plus de faire des dégâts chez nos petits voisins, mais sur chaque continent. »

Gore Vidal (1)

———————

Total, dans un mouvement de panique moutonnière, se bousculant au coude à coude avec Peugeot et d’autres sociétés françaises ou européennes (Allemands et Suisses, en tête du peloton !), s’enfuit du marché iranien… Les sanctions imposées par « le régime américain », à l’encontre de toute entreprise investissant ou commerçant avec l’Iran, les liquéfiant de peur.

Sauve qui peut !…

Pourtant, en 2017, Total s’était vu octroyer, à la suite d’un appel d’offres international, 50,1 % dans l’exploitation du plus grand gisement mondial de gaz (partagé avec le Qatar), dit offshore (sous les eaux territoriales iraniennes du Golfe Persique) : The South Pars. Un contrat portant sur un investissement de 5 milliards US $, pour son développement. Les Chinois participant à hauteur de 30 %. Un des plus « beaux » contrats dans ce secteur, en termes de « retour sur investissement »…

Mais, nous dit-on, Total a son siège financier à Londres et 1/3  de son actionnariat est américain ; réparti entre des fonds de pension et des milliardaires. De plus, ses engagements, avoirs et actifs, sur le marché US et dans sa colonie saoudienne, risqueraient d’être saisis ou confisqués, au-delà des amendes et pénalités diverses. C’est la faute à « pas de chance »…

Mais, nous dit-on, nos amis et alliés mènent une « guerre économique » contre des nations qu’ils considèrent comme des « adversaires » ou des « ennemis » ; même si ces derniers ni ne les menacent, ni ne les agressent. Par solidarité, quels qu’en soient les dégâts pour nos propres intérêts, nous nous devons de les suivre aveuglément dans leur fureur guerrière. C’est la faute à « la fatalité »…

Nous le savons : aucune décision de l’ONU, l’Iran ayant scrupuleusement appliqué l’accord de 2015 sur le nucléaire, n’impose une telle interdiction. Il ne s’agit que d’une décision unilatérale des oligarques US ; manifestant ainsi leur volonté mégalomaniaque de dominer le monde, par « droit divin »…

Pétrifiée de crainte, la nomenklatura qui nous gouverne se tait, courbe l’échine, s’exécute, dans la servilité la plus obséquieuse.

southpars

Broyage des Poussins et Castration des Porcelets

Les délires d’hégémonie de ce régime belliqueux se fantasmant en « Nation d’Exception » maître du Monde avec, en miroir, l’absolue servitude affichée par notre caste au pouvoir, déterminent trois constats  (2) :

i) Qu’en est-il de la « Libre circulation des biens et des services » ; de la « Libre Concurrence » et bla-bla-bla ; de l’idéologie Libérale ?  Nous sommes loin, très loin, de la « Main Invisible du Marché », le dada d’Adam Smith, censée réguler les activités humaines, lucratives ou entrepreneuriales. Plutôt, sous la « Matraque Fulgurante du Racket »…

Vérification, une fois de plus, de la dimension mythique du Libéralisme Economique. Ce n’est pas une science, mais « du  vent ». Une croyance, ou un obscurantisme, permettant à une poignée d’asservir le reste de la planète. Si ce n’est que la loi du plus fort qui s’applique, nous sommes à grande échelle dans l’imposition du diktat d’une bande de gangsters, en clair : un totalitarisme, modèle Al Capone.

 Le talentueux ministre des affaires étrangères Iranien, Mohammad Javad Zarif, parle avec humour de « l’addiction aux sanctions » dont sont affligés les autocrates américains.

Tapant indistinctement sur les amis ou alliés, adversaires ou ennemis déclarés… Visant, à tour de rôle ou collectivement, au rythme des hystéries successives : Chine, Russie, Biélorussie ; toute une série de pays, dont Cuba depuis des décennies ou le Venezuela. Ces jours-ci, c’est la Turquie, ou les Philippines, ou encore l’Inde (qui veut acheter du matériel antiaérien russe…), au-delà des Européens.

L’organisation de notre Humanité reste donc des plus primitives : les timides tentatives de la structurer, via des traités internationaux et des organismes de concertation ou de négociation, tels que l’ONU ou l’OMC, se révèlent un échec.

ii) Qu’en est-il de notre « Souveraineté Nationale », si nous ne pouvons pas défendre nos intérêts légitimes ?… Préserver ou accroître, notre balance commerciale, notre commerce extérieur, nos revenus en devises, nos créations d’emplois, nos industries et services.  En fait, assurer le développement économique et social de notre pays, pour nous et les générations futures.

Oui… Quel avenir réservons-nous à « nos emplois » ?…  À nos ingénieurs et techniciens, cadres et employés ?…

C’est la Chine qui va reprendre le contrat de Total en Iran ; sa participation passant ainsi de 30 à 80,1 %.  C’est la Chine qui y vend ses TGV, etc. Un pur désastre pour notre économie contrainte de renoncer à toute une série de marchés, de Cuba à la Russie, en passant par le Venezuela et l’Iran, parmi d’autres. Nous nous tirons des balles dans nos pieds et nos mains… Dans l’insouciance de l’idiotie et de la lâcheté.

Un ami Chinois de Hong Kong, pertinent analyste de la situation française et européenne, avait été choqué de voir le gouvernement Hollande brader (opération pilotée, entre autres, par Macron…) la branche « énergie » (70 % de l’entreprise, avec notamment conception et fabrication des turbines) d’Alstom ; un des derniers fleurons de la technologie de notre pays, au profit du groupe américain General Electric ; avec tous ses brevets !… (3)

À la vitesse de désindustrialisation et de perte de contrôle de notre expansion économique imposées par nos gouvernants successifs, la France, me disait-il, allait être réduite à un parc d’attraction pour touristes étrangers, venus goûter les produits du terroir, ses fromages et ses vins, entre deux visites de musées et de monuments historiques…

Que font nos Parlementaires ?… Notre Représentation Nationale ?… Nos Députés et Sénateurs ?… [Y compris ceux de la soi-disant France Insoumise, ndGO] Apparemment, pour eux, il n’y a aucune urgence. D’autant que ces sujets ne mobilisent pas les « réseaux sociaux », ou les « zéro-socios » : pas de buzz pour agiter Toile ou Médias, et mettre en avant leur trombine…

Par contre, hyperactifs et zélés, dès qu’il y a du grain à moudre pour faire parler d’eux sur des sujets brûlants et croustillants ; avec discussions et débats sans fin, relayés par les médias de l’abrutissement : les cours d’éducation sexuelle à partir de 4 ans, par exemple. Ou encore, dans les votes aussi acharnés que mouvementés contre le broyage des poussins et la castration des porcelets

Rien de plus « vendeur » pour leur image, car fédérateur : démonstration de leur dynamisme et de leur Bonne Conscience citoyenne. Bien sûr, qui ne souhaite pas la protection de nos têtes blondes et de nos amis les animaux ?… Certes, les « broyages » actuels, sous les bombes fabriquées dans nos pays, des enfants Palestiniens ou Yéménites, ne les préoccupent pas beaucoup. Mais, il ne faut pas trop leur demander, ils sont tellement chargés de responsabilité.

Les dirigeants de Byzance ne se perdaient-ils pas dans des discussions interminables, la veille de son écroulement face à l’invasion turque, lors du siège de Constantinople en 1453, sur le « sexe des anges » : masculin, féminin, transsexuel ou LGBT, comme on le dirait de nos jours ?…

Plus proche de nous, dans le temps, Louis Vallon en avait dressé l’accablant constat (4) :

« Les classes possédantes et dirigeantes ne sont plus suffisamment soucieuses de l’intérêt général de la nation et de l’indépendance de celle-ci.
Leurs réflexes patriotiques sont émoussés par leur égoïsme de classe.
On l’a bien vu au temps de Vichy. »

iii)  Qu’en est-il de notre Défense Nationale, chargée de faire respecter notre Souveraineté ; avec son imposante « force de frappe nucléaire » édifiée par le général de Gaulle afin que la France n’ait plus à subir l’humiliation de 1940, et puisse maintenir son indépendance face à des rivaux extrêmement puissants ?…

D’après les statistiques 2018 de la base de données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), au titre de l’exercice 2017, la France détient le plus important budget militaire européen. Presque à égalité avec la Russie (- 14,8 %) dont le territoire équivaut à 37 fois celui de notre pays, avec une population plus de deux fois supérieure (5).

Ainsi, en millions de dollars US :

  • Russie :  66.335
  • France :  57.770
  • UK        :  47.183
  • RFA      :  44.320

Notons, au passage, que le cumul des budgets militaires « France + UK + RFA » atteint le chiffre de 149.273, soit plus de 2 fois celui de la Fédération de Russie…

À quoi sert ce budget considérable, cette rutilante « force de frappe nucléaire », si c’est pour nous asservir et nous appauvrir au profit d’un suzerain, ou d’un seigneur et maître ?… Se trouver dans l’incapacité de faire respecter notre Souveraineté, notre Indépendance ?…

En lieu et place, sur un claquement de doigt, se précipiter pour bombarder l’Irak ou l’Afghanistan, réduire en cendres la Libye, protéger le pillage des pays du Sahel, participer à la destruction de la Syrie avec des mercenaires armés, entraînés, encadrés, par nos « forces spéciales » ?…

Nos stratèges galonnés seraient-ils encore en retard d’une guerre, ignorant tout de ce qu’est la Guerre Economique ?…

Blocus Continental : Myopie Géostratégique Napoléonienne

Napoléon avait rêvé, lui aussi, d’un Empire qui durerait mille ans…

Il l’a perdu, nous disent les historiens, après avoir commis la folie d’envahir l’Espagne où il usa ses meilleures troupes ; puis la Russie, où il perdit toute sa logistique. Déduction facile.

En fait, la perte de son Empire était annoncée dès lors qu’il se lança dans la mise en place des sanctions économiques, à l’encontre du Royaume-Uni qu’il souhaitait ruiner; imposant le Blocus Continental, afin d’interdire toutes transactions avec les îles britanniques.

Instauré en 1806, ce blocus dressa l’Europe contre Napoléon.

Car loin d’affaiblir les Britanniques, qui doublèrent le tonnage de leur flotte militaire et commerciale, ce sont les alliés de la France d’alors qui subirent le contrecoup de ces sanctions : les grands ports, plus particulièrement, de Hollande (où Napoléon avait installé un de ses frères comme roi), d’Allemagne et d’Italie, enregistrant une chute vertigineuse de leur activité.

Démontrant l’échec d’une telle entreprise hégémonique, le Genevois François d’Ivernois avait conclu son étude sur Les Effets du Blocus Continental, publiée en 1809, par une amusante ritournelle :

« Votre blocus ne bloque point
Et grâce à votre heureuse adresse
Ceux que vous affamez sans cesse
Ne périront que d’embonpoint
… »

Le 13 décembre 1810, la Russie refuse d’appliquer le blocus et dénonce le Traité de Tilsitt, signé avec la France en juillet 1807.

Le commencement de la fin…

Trump, avec la cohorte des bellicistes de  « l’État Profond US », marche aveuglément sur les traces de Napoléon…

blocusnapo

François Mitterrand, sentant la fin proche, dans un sursaut de courage lucide, dont sont parfois capables fripouilles intelligentes ou funambules en compromissions et reniements au terme de leurs aventures, l’énonce avec force et, pour une fois, sans ambiguïté (6) :

« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique.
Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment.
Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde.
C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ».

 _______________________

NOTES

1.  Gore Vidal, Palimpseste – Mémoires, Galaade Editions, 2006,  p. 177-178. Publié en 1995 aux USA, sous le titre : Palimpsest – Memoir.

La vie qu’il partagea un temps avec les habitants du Guatemala, où il avait acheté une maison, lui révéla l’ampleur du pillage et de la sauvage spoliation de cette implacable « colonisation » ravageant, encore et toujours, tous les continents…

Cf. : Georges Stanechy, Guatemala : Banane et Démocratie…, 10 aoüt 2007, http://stanechy.over-blog.com/article-11748395.html.

2.  Pour saisir la dimension psychotique de cette idéologie imbibant les oligarques de Washington, et formatant tous les impérialismes de l’Histoire, consulter :

=>  https://en.wikipedia.org/wiki/American_exceptionalism

=>  La « Destinée manifeste » et l’exceptionnalisme américain [1/4] : Histoire de deux concepts essentiels, Les Crises, 8 décembre 2014, https://www.les-crises.fr/destinee-manifeste-exceptionnalisme-americain-14-histoire/

3.  Loan Nguyen, Industrie. Alstom : Les Parlementaires décortiquent un scandale d’État, L’Humanité, 25 avril 2018,
https://www.humanite.fr/industrie-alstom-les-parlementaires-decortiquent-un-scandale-detat-654391

4.  Cité par Eric Branca in L’ Ami Américain  – Washington contre de Gaulle – 1940-1969, Editions Perrin – 2017, p. 227.

5.  SIPRI.org, Military Expenditure by Country – Eastern Europe, en millions d’US $, page 20,

https://www.sipri.org/sites/default/files/1_Data%20for%20all%20countries%20from%201988%E2%80%932017%20in%20constant%20%282016%29%20USD.pdf

6.  François Mitterrand in Georges-Marc Benamou, Le dernier Mitterrand, 1997.

Citation devenue discrètement célèbre (nos médias de la propagande ne l’évoquent jamais…) reprise, entre autres, par Eric Branca (Op. Cit.).

Ouvrage remarquablement bien documenté et référencé, j’en recommande la lecture. Eric Branca décrivant le méthodique noyautage de notre oligarchie, tant civile que militaire, par l’extrême-droite américaine depuis la fin de la deuxième guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui.

Atterrante déchéance de la France aux mains d’une nomenklatura aveuglée, pétrie, confite, de veulerie et de corruption.

Source : http://stanechy.over-blog.com/guerre-economique-sanctions-blocus-et-autres-delires-hegemoniques

via:http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/

Facebook Comments